Comment gérer la peur de la mort ?

La mort est probablement la peur la plus tétanisante pour beaucoup de personnes. Elle dépasse facilement une grande quantité d‘habitudes qui t’empêchent d’être heureux. C’est un gros sujet qui est abordé, et nous allons en parler ensembles ici. Pour te décomposer cet article, je vais tout simplement répondre à toutes les questions qu’on se pose sur la mort et sur la peur qui l’accompagne.

POURQUOI EST-CE QU’ON A PEUR DE LA MORT ? 

Si l’on craint autant la mort, c’est avant tout pour une raison biologique et naturelle. La mort signifie la fin de l’espèce, et nous existons pour perpétuer l’espèce (mais pas que, bien évidemment !) biologiquement parlant. La véritable cause de cette peur au final, c’est l’absence d’informations quant à ce qu’il se passe après. Parce que oui, que se passe-t-il après la mort ? L’humain a besoin de réponses à cette question, sans quoi il va générer de l’anxiété.

La réponse la plus fournie, ce sont les religions. Elles sont les seules à admettre une fin “positive” et acceptable (aller au paradis, ou encore se réincarner) et c’est pour ça qu’elles comptent autant de pratiquants. Les religions ont également ce rôle de “canaliser” et “codifier” les bêtises humaines (la guerre par exemple) pour leur donner un sens ou les justifier. L’explication la plus plausible à cette peur de la mort, ce n’est finalement pas la peur de la mort elle-même, mais la peur de ce qui se passe après.

 

AVOIR PEUR DE LA MORT, C’EST NORMAL ? 

Celà dépend du degré de la peur. S’en inquiéter de manière ponctuelle quand on y pense, c’est normal. Il existe par contre une réelle maladie qui peut être lourde de conséquences : la thanatophobie (tu l’auras compris, la phobie de la mort). Les personnes qui en sont atteintes cherchent à tout pris à éviter un maximum de risques, s’enferment chez eux, prennent de grosses quantités de médicaments et j’en passe.

Paradoxalement, ces personnes sont déjà mortes pendant leur existences, car ils ne vivent plus.

 

OKAY, JE NE SUIS PAS PHOBIQUE, MAIS JE SUIS INQUIET. COMMENT ETRE A L’AISE AVEC LA MORT ? 

La première chose, c’est d’être au clair sur ce que tu ressens, car il existe plusieurs peurs concernant la mort :

  • L’angoisse de mort existentielle : celle qu’on connait tous, on réfléchit à la vie et de façon indiscutable, de la mort, et on se demande quoi penser de tout ça. C’est de ça dont va traiter la suite de ta lecture.
  • L’angoisse de mort imminente : c’est la crainte de mourir très prochainement, ce qui traduit un sentiment d’insécurité extrême, qu’il soit justifié (situation de survie en milieu hostile par exemple) ou non.

 

BON, ON PASSE AUX SOLUTIONS CONCRÈTES ?

Je ne serai pas (et jamais) le genre à te dire qu’il faut chercher les réponses dans ton passé, et ça ne changera pas aujourd’hui. Tu as peut-être vécu un traumatisme, ou peut-être pas, et ça ne change rien en soi concernant ta peur de la mort (hors mis de l’amplifier ou le réduire).

Je vais te proposer d’autres perspectives de la mort et surtout comment aborder le truc :

  • Tu as peur de la mort parce que ta vie manque de sens

Quand ta vie n’a pour toi vraiment aucun sens, tu n’as forcément pas grand chose à penser de la vie, ce qui te laisse avec… la mort. Et bordel, forcément c’est angoissant ! Je me rend compte qu’un grand nombre de personnes qui craignent violemment la mort n’ont tout simplement pas trouvé leur vocation. Leur crainte se résumerait en “bientôt, ce sera trop tard, je serai passé à côté de ma vie pour rien”.

Si tu as peur de ça et que tu te reconnais, c’est que tu n’as encore trouvé de sens concret qui te porte réellement vers ce que tu veux. Tu dois mourir en faisant de ta vie un chef d’oeuvre, TON chef d’oeuvre. Les personnes inspirées sont beaucoup trop occupées à vivre pour penser à la mort.

  • Tu as peur de la mort parce que tu ne lui a donné aucun sens 

Quel est pour toi le sens de la mort ? Est-ce que tu t’es déjà posé la question (assez philosophique j’te l’accorde) ? Pour ma part, je me suis déjà posé la question, et j’ai accordé ma réponse à mes valeurs et mes croyances. Je crois de tout mon être que chaque individu a une mission à accomplir sur cette planète, chacun a un sens, chacun a un super-pouvoir, une contribution à apporter. Certains par leur vie, d’autres par leur mort (beaucoup, en mourant, laissent de grandes leçons derrière eux).

La mort arrive quand la mission est terminée. Quand tu as fait ce que tu avais à faire, que tu en soit conscient ou non. Ce que je te dis n’est pas une vérité scientifique avérée. C’est MA vérité, celle que j’ai décidé d’accepter comme telle. C’est le sens de la mort pour moi : la fin de ta mission sur Terre. Et je suis okay avec ça, parce que je pars du principe qu’il me reste toujours quelque chose à faire pour m’accomplir. C’est la fameuse “légende personnelle” du livre L’alchimiste de Coelho.

Certaines civilisations fêtent la mort parce qu’ils la considèrent comme une libération, et une nouvelle vie. Tout n’est qu’une question de choisir la perspective que tu veux sur la mort.

Anxiogène, ou pas, au final c’est ta responsabilité.

 

  • Tu as peur de la mort parce que tu regardes au mauvais endroit 

Il y a trois types de personnes, et donc trois types de réactions à l’idée de la mort, toutes perspectives confondues.

  1. Les nostalgiques, bloqués dans le passé. Ils ont eu, le plus souvent, un choc émotionnel puissant dans le passé, et sont restés bloqués dessus. Ils cogitent, et n’avancent pas. Ils sont partisans du “bon vieux temps” et ne regardent que très peu, voir jamais vers le futur. Tu peux choisir d’être un nostalgique coincé, ou d’être heureux, mais pas les deux.
  2. Les anxieux, qui vivent dans le futur. Ils passent leur temps dans l’attente, ils vivent dans l’espérance, et naturellement, la mort leur apporte énormément d’anxiété.
  3. Les heureux sereins, qui vivent au présent. Si tu vis au présent, tu n’es pas dans la triste nostalgie du passé, ni dans l’anxiété du futur qui n’existe pas encore. Tu savoures l’instant pleinement, sans te poser la moindre question.

Je pense que le choix te semble évident, tu as compris que la meilleure façon de vaincre la peur de la mort, c’est tout simplement de la dédramatiser, de l’accepter, et surtout de vivre au présent.

 

Vivre au présent est ta meilleure arme, contre la totalité des peurs, et ça s’apprend.