fbpx

A l’heure où j’écris cet article, le 21 décembre 2019, je vient de terminer un exercice incroyable, qui montre à quel point ta vie peut changer en 10 ans. J’ai fait la rétrospective et le comparatif entre qui j’étais il y a 10 ans, et qui je suis aujourd’hui. Je veux utiliser ce que j’ai récolté pour te montrer que quelque soit où tu en es aujourd’hui, tu n’imagines clairement pas où tu en seras dans 10 ans.

Nous terminons une décennie, et nous en entamons une nouvelle. Cette fin d’année n’est pas facile pour tout le monde. J’entends énormément de personnes s’en plaindre. En réalité, il s’agit d’une période de purge, qui permet de faire du propre pour bien démarrer les 10 prochaines années.

Dans cet article, je vais, année après année, t’expliquer qui j’étais, et où j’en étais, avec des événements de ma vie. Une fois ta lecture terminée, je t’invite à relire la première et la dernière année, et réaliser à quel point le champ des possibles est vaste. C’est parti.

 

2010

 

J’ai 14 ans, je termine mon année de collège. Je suis un p’tit gars extrêmement timide, beaucoup de mal avec tout ce qui touche au social. Je me fais très peu remarquer, j’ai des résultats acceptables, mes profs mentionnent dans mes bulletins que je devrais “participer plus”. Je suis même surnommé “le silencieux” par l’un d’entre eux.

L’été arrive, je rencontre une fille, mon “premier amour”, qui est logiquement ma première déception amoureuse, la rupture me brise. Il me faut des mois entiers pour m’en remettre. La douleur que j’ai ressenti ce jour là est probablement l’une des plus intenses que j’ai ressenti de ma vie. Je perds complètement le peu de confiance en moi que j’avais.

 

2011

 

15 ans, je débute le lycée, et je trouve une vocation sportive. J’intègre l’équipe nationale de Monaco pour aller aux championnats de France de Kick Boxing. Je reprend confiance en moi. J’ai beaucoup de combats à faire, et mon équipe se fait progressivement éliminer. Je suis le seul à tout rafler dans ma catégorie. J’arrive alors en finale, et je tombe sur un adversaire qui n’était pas là pour un combat, mais pour une exécution.

Le gars me démolit littéralement. Plusieurs fois, je tombe au sol, mais à chaque fois je me relève (et je reprend une dose). Au final, il se fait disqualifier car trop violent. Je gagne, en pleurs, une coupe qui a mon sens n’est pas méritée. Ce que tout le monde a pris pour une victoire, j’en ai fait l’un des pires échecs de ma vie. La déception était grande.

Je réduis les entraînements, 2 par semaine c’était déjà plus que suffisant pour moi. La vérité, c’est que je fuyais les entrainements et j’allais manger macdo avec des potes pendant qu’on me croyait en train de faire du sport.

Je rencontre une fille, qui sort d’une rupture douloureuse. On finit par sortir ensembles, et je lâche prise. Je m’attache à elle, et je le fais beaucoup trop. La veille de mon 16ème anniversaire, que j’ai du coup passé seul chez moi, j’apprend que la demoiselle a participé à une orgie. Le pire ? J’ai pardonné, et suis quand même resté, alors que j’étais annihilé.

Bien évidemment, il n’a suffit que de quelques mois pour que j’apprenne d’autres nouvelles, tout aussi sombres. Pendant plusieurs semaines, je suis “le cocu”, “le pauvre gars”, et on se fout bien de ma gueule. Au final, elle partait elle aussi. Débutent mes deux dernières années au lycée, pas franchement notables.

 

2012-2014

 

La première et la Terminale, ce sont deux années de ma vie ou j’ai cultivé la partie “je suis une merde” de mon esprit. Mes journées me semblaient interminables. Je passais mes heures de cours à rigoler avec mon seul pote de la classe. Aujourd’hui, c’est un drogué que je croise toujours défoncé ou bourré. Un “bonjour” suffit amplement…

Je ne sais pas vraiment ce que je veux faire de ma vie. Je suis excellent nulle part, moyen partout. La vie, à ce moment là, pour moi c’était de la survie. Garder le moral, c’était la mission. Tirer la gueule, c’était le quotidien. J’avais peu d’amis, et la seule qui m’a suivi, c’était ma play (qui est encore là d’ailleurs !).

Arrive la période du bac, que je passe avec un vieux 10.30 de moyenne tout flingué. Je fête mes 18 ans en Californie avec ma famille, et je vis ce qui à ce jour reste encore le plus beau voyage de ma vie. Los Angeles, Vegas, Vallée de la mort, autant d’endroits qui me bouleversent et m’émerveillent. C’est là bas que j’ai eu quelques prises de consciences décisives :

  • il existe énormément de lieux à visiter et j’avais envie de les visiter et m’y perdre
  • être heureux est un état normal chez certains
  • tout le monde n’a pas pour but de te faire du mal dans la vie

Mes 18 ans fêtés, je rencontre une nouvelle fille, quelque mois après.

 

REJOINDRE LA FORMATION OFFERTE : GOLD DAYS, 4 JOURS POUR CHANGER DE VIE

 

2015-2017

 

Ça y est, je suis avec elle fin 2014, tout se passe à merveille. Je suis encore un mec timide, mais je suis casé, et surtout, j’évolue dans mes projets. J’intègre une fac de psychologie, et… J’adore ! On apprend les différentes maladies mentales, les neurosciences (même si je pigeais rien), les différentes thérapies, l’histoire de la psychologie, bref c’était captivant. Je termine ma première année avec un 13 de moyenne honnête et mérité.

Mon année 2015 a été plutôt cool. Je me fais un petit groupe de potes, on rigole ensembles, c’est sympa.

L’année suivante, c’est catastrophique. Mon intérêt pour la psychologie telle qu’on l’apprend à la fac est en chute libre. C’est ultra théorique, mal enseigné, par des soi-disant “thérapeutes” qui sont plus dépressifs que leurs propres patients. Premier semestre loupé. A côté de ça, ça va mal avec ma copine. Des idées très noires me rentrent dans la tête et je traverse une phase extrêmement difficile.

Pendant plusieurs mois, je n’ai pas esquissé un sourire. J’étais dévoré par des doutes, par la peur, et j’avais laissé le négatif me noyer. J’étais catatonique (un légume). J’ai fini après de nombreux déboires à m’extirper de cette phase. Mes parents m’ont été d’un immense secours, et j’ai symbolisé mon éternelle gratitude par un tatouage sur mon épaule. C’était ma façon de les remercier d’avoir été (et d’être encore) les meilleurs parents du monde.

Je termine mon année de fac avec 10.05. A cinq centième près du redoublement, je remet sérieusement en question mon avenir.

Je démarre une troisième année lamentable, et je la loupe à 4 centièmes. On me refuse la licence. Moi mon truc, c’est d’aider les gens, pas d’apprendre quels sont les différents types de statistiques applicables à la psychologie et pourquoi Freud a un attachement si particulier à la matière fécale.

Ma seule victoire, c’est que je vais bientôt fêter mes 3 ans de relation avec ma copine.

Ah, j’ai dit victoire ? Quelques jours avant, elle m’a quitté. Et ce jour là, il s’est passé quelque chose. J’ai pris une décision. Cette fois, je n’allais pas avoir mal. Je l’avais choisi.

Il m’a fallu seulement 48 heures pour m’en remettre (je t’explique tout dans cet article). J’ai alors pris la décision que j’allais vivre pour moi.

 

2018

 

Formations en coaching, premiers clients, certification en PNL, dans les 3 premiers de ma promo à deux reprises (1er la deuxième fois), premiers résultats concrets… Je ne suis plus le même. Le coup de fusil à pompe émotionnel que j’ai pris en plein visage a réveillé une bête.

Une bête faite de détermination et de rage de vaincre. Une bête qui a le sourire, qui trouve des solutions à chaque problème. Qui ne se limite plus. Qui ne craint plus les autres, ni leur regard. J’apprend énormément de choses, et je choisis la voie de la liberté, délaissant celle du salariat. J’ai entrevu un monde totalement différent de celui que j’ai toujours connu. J’allais faire de grandes choses, je l’avais décidé et clamé haut et fort.

 

2019

 

Ma décision de tout niquer a eu son petit effet. Dés le mois de janvier, je débute une relation avec ma chérie (si tu lis ça, merci d’être qui tu es. Je t’aime !). Je termine la création du programme Excelsior (à savoir, plus de 300 vidéos, un contenu absolument titanesque, et des résultats clients absolument incroyables) et j’en fait une référence. J’anime mon premier séminaire, et je le fais sur un yacht. Je touche pour la première fois 2000 euros en one shot. Je rencontre des entrepreneurs titanesques, j’en interview certains (dont Alexandre Cormont, Antoine BM, Margaux Klein ou encore Johann Yang-Ting). C’est une année pleine de victoires inimaginables pour moi.

La vie est incroyable, et je suis fin prêt à l’accueillir.

 

 

2020-2030

 

Une décennie entière se termine. Une nouvelle décennie commence. Une nouvelle vie commence. Des choses grandioses vont arriver dans ta vie, si te tiens prêt à les recevoir.

La personne que j’étais il y a dix ans est morte. Je ne la côtoierai plus jamais. Aujourd’hui, je suis au dessus de ce qui m’aurait fait rêvé il y a encore 5 ans de ça. Je veux te faire une petite liste de leçons que j’ai appris ces dix dernières années.

  • N’attends rien de personne. Famille, amis, couple, collègues, peu importe. Tu as 100% des responsabilités. Avoir des attentes, c’est être déçu, et c’est souffrir.
  • Tu n’es pas prêt. Ce qui se passera d’ici quelques années, c’est au delà de ce qui est imaginable pour toi aujourd’hui.
  • Tu choisis tes échecs, et tu choisis tes victoires. J’ai choisi de faire de mon titre de champion de France une défaite. Choisi de faire de ma rupture au bout de trois ans une victoire.
  • Le regard des autres n’a vraiment aucune importance. Chaque personne, sans exception, qui s’est moqué de moi un jour, aujourd’hui me dit bonjour, me sourit, et pour certains, sont même en demande de conseils. Je vais même aller plus loin que ça, la roue a tourné. Les “populaires” sont devenus des oubliés. Les jolies filles qui se prenaient pour des stars sont caissières, ceux qui se vantaient de leurs gros muscles sont manutentionnaires. Ils touchent une paie misérables et la brûlent dans des divertissements inutiles. Je répète, le regard des autres n’a aucune importance.
  • Une blessure violente a une signification. La vie te passe toujours un message au travers de tes douleurs. A toi de l’écouter, en t’écoutant toi-même.
  • Tu es capable d’immensément plus que tu ne le crois. J’ai animé mon propre séminaire, à 23 ans, sur un yacht. Si moi je peux faire ça, TOI, tu peux faire quoi ? Ne te laisse pas de limite.

 

Nous traversons tous des moments difficiles, violents et sales. Tu as le pouvoir d’en ressortir plus fort. Je veux que tu te serve de mon parcours, bien que modeste, comme exemple. Si j’ai pu, en 10 ans, passer de petite merde silencieuse, déprimée et angoissée à qui je suis aujourd’hui, alors tu peux toi aussi raidcalement changer de vie. Tu n’as pas idée de comment ta vie peut changer en 10 ans.

Accepte que ça prend du temps. Accepte que tu es meilleur que tu ne le pense. Accepte ton propre mérite d’une vie meilleure. Et entoure toi des bonnes personnes, elles sont ton essence pour avancer encore plus vite, et encore plus fort. Si tu penses que c’est ça qu’il te manque, je t’invite à découvrir mon Mastermind.

En attendant, passe d’excellentes fêtes, et honore cette future décennie de ta lumière.

 

REJOINDRE LA FORMATION OFFERTE : GOLD DAYS, 4 JOURS POUR CHANGER DE VIE